Ordinaux bitcoin (Ordinal NFTs)

Qu’est-ce que les Ordinaux Bitcoin ?

Bitcoin Ordinals est un protocole qui permet d’attribuer un identifiant unique à chaque satoshis (SAT) d’une blockchain Bitcoin. Mais aussi d’effectuer des transactions avec des données supplémentaires. (Un satoshi est la plus petite unité de la monnaie bitcoin, et il y a 100 000 000 satoshis dans un seul bitcoin). Le protocole, dont le mérite revient à Casey Rodarmor, permet de créer des jetons non fongibles (NFT) directement sur la blockchain Bitcoin. Les NFT Bitcoin peuvent également être appelés NFT ordinaux.

Jusqu’à récemment, les bitcoins étaient fongibles (interchangeables) et un satoshi sur une blockchain ne pouvait pas être différencié d’un autre. Le protocole de Rodarmor a changé cela en tirant parti de deux mises à jour du protocole Bitcoin original : Segregated Witness (SegWit) et Taproot.

Taproot a introduit un nouveau type de format d’adresse Bitcoin que le protocole Bitcoin Ordinals utilise pour identifier des satoshis spécifiques.

La mise à jour Segregated Witness a permis de dissocier les informations relatives aux témoins (également connues sous le nom de script de témoin) des données de transaction et de les stocker dans une structure de données distincte sur la blockchain. Cette modification a augmenté la taille des blocs de Bitcoin et a permis aux utilisateurs d’inscrire des images et des données vidéo dans le script du témoin, ainsi que des signatures numériques et d’autres informations de validation.

A chronology of Bitcoin NFT evolution

Les NFT ordinaux

Les NFT sont des actifs numériques uniques qui sont authentifiés sur une blockchain afin de protéger la propriété intellectuelle du créateur.

Les NFT sur les blockchains Ethereum ou Solana peuvent uniquement référencer les métadonnées qui documentent la propriété et l’authenticité d’un actif numérique spécifique. Les métadonnées elles-mêmes sont stockées hors chaîne dans un fichier séparé.

En revanche, les NFT ordinaux peuvent également stocker l’actif numérique lui-même sur la chaîne dans les données du témoin d’une transaction.

Pour créer un NFT ordinal, l’utilisateur doit d’abord envoyer un SAT ordinal à un portefeuille compatible avec Taproot et inclure (inscrire) des données et des métadonnées dans la transaction. Une fois minée, l’inscription est gravée de manière permanente sur le premier satoshi de la sortie initiale de la transaction.

Le processus initial nécessite l’exécution d’un nœud Bitcoin. C’est à dire la synchronisation de l’ensemble de la blockchain Bitcoin et l’utilisation d’interfaces de ligne de commande. Autant de tâches qui peuvent être décourageantes pour les utilisateurs non techniques. Cependant, avec l’avènement des applications minières ordinales sans code, même les utilisateurs les moins compétents sur le plan technique peuvent télécharger du contenu pour les inscriptions et créer des NFT ordinaux.

Controverse

Les Ordinaux Bitcoin ont suscité de nombreux débats au sein de la communauté cryptographique. Les critiques soutiennent que les Ordinaux de satoshi inscrits utilisent l’espace bloc de manière inefficace. Ce qui conduira en fin de compte à une augmentation des frais de transaction de Bitcoin ainsi qu’à des temps de transaction plus lents pour tous les utilisateurs du réseau. Les partisans des Ordinaux Bitcoin s’intéressent toutefois à la manière dont le protocole peut être utilisé pour étendre l’utilisation de Bitcoin au-delà des transactions financières.

Outre la création de NFT ordinaux, par exemple, le protocole pourrait potentiellement être utilisé pour attacher des satoshis ordinaux à des jetons de sécurité individuels. Ou encore à des stablecoins. Permettant des contrats intelligents Bitcoin pour ainsi présenter la crypto-monnaie à un public plus large.

Termes connexes

Margaret Rouse

Margaret Rouse est une écrivaine technique primée et enseignante reconnue pour sa capacité à expliquer des sujets techniques complexes à un public non technique et commercial. Au cours des vingt dernières années, ses explications ont été publiées sur les sites Web de TechTarget et elle a été citée comme une autorité dans des articles du New York Times, du Time Magazine, de USA Today, de ZDNet, de PC Magazine et de Discovery Magazine. L'idée que Margaret se fait d'une journée amusante est d'aider les professionnels de l'informatique et des affaires à apprendre à parler leurs langages hautement spécialisés respectifs. Si…