Blockchain (registre distribué)

Que signifie Blockchain (registre distribué) ?

La Blockchain est un grand livre distribué inviolable utilisé pour valider et stocker des enregistrements transactionnels numériques. Aucune autorité unique n’est responsable de la maintenance d’une blockchain. Au lieu de cela, les ordinateurs d’un réseau pair à pair (P2P) stockent chacun une copie du grand livre et les transactions sont vérifiées au moyen d’un mécanisme de consensus décentralisé.

Les transactions sont stockées dans des unités permanentes et horodatées appelées blocs. Chaque bloc est relié (chaîné) au bloc précédent par un hachage cryptographique créé en utilisant le contenu du bloc précédent. Les liens de hachage font qu’il est impossible de modifier les données d’un bloc sans apporter des modifications à chaque bloc suivant de la chaîne, exactement au même moment. Cela signifie essentiellement que toute tentative de modification ou de suppression d’informations brisera la chaîne cryptographique et alertera immédiatement tous les nœuds du réseau qu’il y a un problème.

Les blockchains peuvent être publiques ou privées. Dans une blockchain publique, tout le monde peut consulter le grand livre et participer au mécanisme de consensus. Dans une blockchain privée, le mécanisme de consensus est limité à certains nœuds du réseau et la consultation du grand livre privé peut également être restreinte.

Créée à l’origine pour la monnaie numérique, la blockchain est aujourd’hui utilisée par de nombreux types d’entreprises en tant que technologie de base de données décentralisée pour soutenir les contrats intelligents ainsi que la gestion des dossiers pour les soins de santé et la gestion de l’identité et de l’accès (IAM).

Techopedia explique la blockchain (registre distribué)

La blockchain peut être considérée comme une technologie de base de données distribuée qui est maintenue par plusieurs ordinateurs dans un réseau. La sécurité de ce système repose sur l’idée que le coût financier d’une transaction frauduleuse sera beaucoup plus élevé que toute récompense potentielle.

Fonctionnement de la blockchain

Chaque bloc d’une chaîne comprend l’emplacement de l’enregistrement suivant. Pour ajouter un nouveau bloc à la chaîne, les ordinateurs du réseau P2P rivalisent pour vérifier et partager (diffuser) le nouveau bloc.

Chaque ordinateur reçoit un problème mathématique de preuve de travail (PoW) dont la résolution nécessite une grande puissance de traitement, mais qui peut être facilement vérifié par des algorithmes de consensus. Le premier ordinateur à résoudre le problème “gagne” la diffusion et reçoit une petite récompense.

Une fois qu’un bloc a été ajouté à la chaîne, les informations qu’il contient deviennent permanentes et le bloc ne peut pas être supprimé.

Les ordinateurs d’un réseau P2P Blockchain se synchronisent périodiquement pour s’assurer que toutes les copies de la base de données partagée contiennent exactement les mêmes informations, mais c’est le lien entre les blocs qui garantit la sécurité des grands livres Blockchain.

Types de blockchains

Il existe quatre types de blockchain :

  • Publique : toute personne ayant accès à internet peut participer au consensus.
  • Privée : une autorité centrale unique détient les facteurs de décision.
  • Consortium (ou fédérée) : plusieurs organisations ont le statut d’autorité.
  • Hybride : les éléments sont accessibles au public, mais l’autorité est privée.

Avantages de la blockchain

Les grands livres numériques utilisant la blockchain peuvent réduire considérablement le temps nécessaire aux transactions commerciales. Cela en éliminant la nécessité pour ces dernières d’être approuvées et vérifiées par une autorité centralisée. Cela permet non seulement d’accélérer le temps nécessaire à l’exécution d’une transaction. Mais aussi de réduire ses coûts tout en garantissant des niveaux élevés de sécurité et de confiance.

Inconvénients de la blockchain

L’une des critiques formulées à l’encontre des transactions par blockchain est qu’elles nécessitent une grande puissance de calcul. Ce qui peut s’avérer coûteux.

L’investissement nécessaire pour maintenir la sécurité d’une blockchain publique a incité certaines entreprises à utiliser des blockchains privées. Lorsque le réseau de la blockchain est privé, les mécanismes de consensus PoW ne sont pas nécessaires.

Certains critiques soutiennent que les réseaux privés sont centralisés et comportent des niveaux de confiance, ce qui annule les avantages de l’utilisation de la blockchain. D’aucuns affirment que les blockchains privées ne sont essentiellement que des bases de données alambiquées.

Un autre inconvénient potentiel des blockchains privées est qu’elles pourraient conduire au développement de plateformes technologiques fermées qui ne prennent pas en charge les normes communes en matière de sécurité, de confidentialité et d’échange de données.

Histoire de la blockchain

La théorie de la Blockchain existe depuis un certain temps. C’est David Lee Chaum qui en a proposé l’idée en 1982.

Bien qu’il ait présenté la théorie dans sa thèse de doctorat intitulée Computer Systems Established, Maintained, and Trusted by Mutually Suspicious Groups. Ce n’est qu’en 2008 que la technologie Blockchain a été présentée au monde entier, cela en même temps que la monnaie numérique Bitcoin.

Blockchain et Bitcoin

Le livre blanc intitulé Bitcoin : A Peer-to-Peer Electronic Cash System décrit la mise en œuvre de la technologie blockchain de Bitcoin. Ce document a été publié par “Satoshi Nakamoto”, le créateur du bitcoin, mais il est généralement admis que ce nom est un pseudonyme.

Satoshi Nakamoto affirme que le problème des institutions financières actuelles est qu’elles reposent sur la confiance. Les bénéficiaires doivent faire confiance à une banque et la banque doit se porter garante des paiements. Les Blockchain, en revanche, fournissent un enregistrement inaltérable de toutes les transactions et sont accessibles à toutes les parties. Ce système donne aux utilisateurs la preuve des transactions et supprime la nécessité d’une gestion centralisée et de la confiance en un médiateur.

Termes connexes

Margaret Rouse

Margaret Rouse est une écrivaine technique primée et enseignante reconnue pour sa capacité à expliquer des sujets techniques complexes à un public non technique et commercial. Au cours des vingt dernières années, ses explications ont été publiées sur les sites Web de TechTarget et elle a été citée comme une autorité dans des articles du New York Times, du Time Magazine, de USA Today, de ZDNet, de PC Magazine et de Discovery Magazine. L'idée que Margaret se fait d'une journée amusante est d'aider les professionnels de l'informatique et des affaires à apprendre à parler leurs langages hautement spécialisés respectifs. Si…