Test de turing

Que signifie test de Turing ?

Un test de Turing est une évaluation introduite par Alan Turing en 1950 pour déterminer si une personne peut ou non dire si elle communique avec un programme informatique après cinq minutes de conversation. Bien que l’intelligence artificielle (IA) ait connu des avancées majeures au cours de la dernière décennie, aucun programme informatique n’a réussi à passer le test de Turing – pour l’instant.

Les tests de Turing sont controversés, car si le mathématicien Alan Turing s’intéressait à l’idée de savoir si une machine pouvait ou non penser, le test qu’il a proposé ne le fait pas. Au contraire, le test de Turing, qui est réalisé dans le cadre d’une activité appelée “jeu d’imitation”, ne peut être utilisé que pour évaluer si les capacités de traitement du langage naturel (NLP), de génération du langage naturel (NLG) et de compréhension du langage naturel (NLU) d’un programme sont suffisamment fortes pour que quelqu’un puisse penser que les réponses générées par l’ordinateur proviennent d’un être humain.

Techopedia explique le test de Turing

Dans les années 1950, le mathématicien Alan Turing a publié un article intitulé “Computing Machinery and Intelligence”. Turing s’intéressait à l’idée que, dans les bonnes circonstances, une machine pouvait penser comme un être humain. Il a proposé de modifier une activité appelée “jeu d’imitation” afin de recueillir des données et, espérons-le, de répondre à la question.

Fonctionnement du jeu d’imitation de Turing

Le jeu d’imitation était un jeu de société populaire à l’époque victorienne. Il consistait pour une personne (appelée l’interrogateur) à poser les mêmes questions à un homme et à une femme dans une autre pièce, puis à deviner quelles réponses provenaient de la femme et lesquelles provenaient de l’homme.

La version de Turing du jeu nécessite deux joueurs humains et un ordinateur. Comme dans le jeu original, un humain (l’interrogateur) est placé dans une pièce séparée. L’interrogateur dispose alors de cinq minutes pour poser des questions à chacune des entités présentes dans l’autre pièce et deviner quelle série de réponses a été générée par l’ordinateur. Le test est ensuite répété plusieurs fois avec des interrogateurs différents.

Si un jury d’interrogateurs croit qu’il communique avec un autre être humain au moins 70 % du temps, alors qu’il parle en fait à un programme informatique, les créateurs du logiciel peuvent légitimement prétendre que leur programme d’intelligence artificielle a réussi le test de Turing. Bien que plusieurs affirmations aient été faites au cours des dix dernières années, il n’y a pas encore eu de programme informatique dont tout le monde s’accorde à dire qu’il a passé le test de Turing.

L’effet ELIZA

L’un des premiers programmes informatiques capables de simuler une conversation humaine de manière assez convaincante s’appelle ELIZA. Bien que ce chatterbot n’ait pas réussi le test de Turing, il a inspiré l’expression “effet Eliza”, un terme utilisé pour décrire la volonté des gens d’attribuer des qualités humaines à un programme informatique. Cette expression est souvent utilisée comme synonyme de personnification dans le contexte des technologies de l’information.

Termes connexes

Margaret Rouse

Margaret Rouse est une écrivaine technique primée et enseignante reconnue pour sa capacité à expliquer des sujets techniques complexes à un public non technique et commercial. Au cours des vingt dernières années, ses explications ont été publiées sur les sites Web de TechTarget et elle a été citée comme une autorité dans des articles du New York Times, du Time Magazine, de USA Today, de ZDNet, de PC Magazine et de Discovery Magazine. L'idée que Margaret se fait d'une journée amusante est d'aider les professionnels de l'informatique et des affaires à apprendre à parler leurs langages hautement spécialisés respectifs. Si…