Le Value bet au poker : Conseils et Stratégies

Fiabilité

Au poker, le value bet (mise de valeur, en français) est une pratique qui vise à, peu à peu augmenter la valeur du pot afin de faire de sa main, estimée comme étant la meilleure sur la table, la main la plus rentable possible. L’objectif est double. Le value bet permet de maximiser la valeur de ses cartes tout en faisant diminuer le tapis adverse, sans prendre de risques inconsidérés. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur cette stratégie absolument essentielle pour bien jouer au poker !

Quelle est la différence entre le value bet et le bluffing ?

Le value bet consiste à miser de manière raisonnée. Ainsi, la valeur du pot augmente peu à peu. C’est une stratégie applicable faisant partie des règles du poker, si et seulement si vous estimez détenir le meilleur jeu de la main en cours (AA ou KK pré-flop, par exemple, avec un A ou un K qui sort au flop). L’objectif ici est donc bien financier, à condition que l’analyse du tableau et des joueurs soit parfaitement menée (quand bien même, le risque 0 n’existe pas au poker).

Le bluff en revanche, est une stratégie différente qui consiste à faire croire à ses adversaires autour de la table que vous avez entre les mains des cartes qui sont bien plus fortes que ce que vous n’avez en réalité. L’objectif est de pousser vos adversaires à suivre, dans un premier temps, puis de les forcer à se coucher, en misant de manière plus agressive.

Avec Q – Q – 7 au flop par exemple, vous pouvez tout à fait tenter de faire croire que vous avez une reine dans votre jeu, alors que vous n’avez qu’un 5 – 7. C’est une stratégie risquée qui repose uniquement sur votre capacité à induire vos adversaires en erreur. En cas d’échec, et dans la configuration où votre adversaire a des cartes bien plus élevées que vous, vous risquez de perdre gros.

Avantages et inconvénients du value bet

Le grand avantage du value bet, c’est de maximiser les gains, de valoriser son jeu en incitant les adversaires à suivre ou relancer des mises jugées comme un peu légères.

Utilisé à plusieurs reprises (et en partant du principe que cette stratégie fonctionne à chaque fois), le value bet peut s’avérer être particulièrement rentable. Et c’est d’ailleurs l’un des intérêts du value bet. C’est une stratégie actionnable à plusieurs reprises, dès que vous estimez que votre main est la plus solide de toutes celles qui sont actuellement engagées dans la partie.

Enfin, c’est une stratégie qui permet d’exploiter quasiment toutes les faiblesses de ses adversaires. Vous n’êtes pas sans savoir qu’au poker, il y a une grande part de psychologie qui entre en compte. À terme, ces mises à répétition peuvent pousser vos adversaires à commettre des erreurs qui pourraient leur coûter assez cher.

Attention toutefois, la stratégie du Value Bet présente quelques inconvénients, notamment celui de surjouer une main. Si vous calculez mal votre coup, en surestimant vos cartes à disposition, vous pourriez vous faire contrer et perdre le pot.

Enfin, n’appliquer que cette stratégie au cours d’un tournoi ou d’un cash game n’est pas viable. À terme, vos adversaires vont lire votre jeu et pourraient rapidement comprendre la stratégie sur laquelle vous vous reposez. C’est pourquoi celle-ci ne doit pas être la seule et unique arme à votre disposition. Essayez par exemple le continuation bet.

Avantages du Value Bet

  • Augmentation de la valeur de son coup
  • Risque de perte, minimisé
  • Faire déjouer ses adversaires, psychologiquement

Inconvénients du Value Bet

  • Difficultés à évaluer la force de sa main
  • Risque de surjouer et prendre des risques inutiles
  • Ne peut être la seule stratégie sur laquelle se reposer

Quand utiliser le value bet au poker ?

Utiliser le value bet avec une main forte

Pour savoir comment miser au poker, vous pouvez utiliser le value bet avec une main forte ! Au poker, une main forte est une main qui, pré-flop notamment, a toutes les chances de remporter la victoire. On pense à des mains telles que :

  • AA
  • AK
  • KK
  • ou encore QQ.

À titre d’exemple, une paire d’as distribuée pré-flop a 85% de chances de remporter la victoire en head-to-head (en un contre un). Une paire de rois, en head-to-head, a 82% de chance de victoire, contre 80% pour une paire de reines.

Dans le cas d’une main forte, il peut être intéressant de suivre la BB (big blinde) pour ensuite suivre ou relancer au flop, selon le tirage (qui a de grandes chances de vous être favorable, dans tous les cas). Dans le cas d’un tirage A – 7 – 3 (avec AA entre les mains), vous pouvez suivre la mise de l’adversaire ou faire un pari de valeur, à hauteur de 50% du pot, par exemple. Cela pousse votre adversaire à “call” ou à relancer. Vous pourrez ensuite aller le chercher en remisant ou en allant au tapis.

Cette stratégie, au niveau amateur, peut vous permettre de rapidement générer des gains et donc, vous mettre en bonne position, notamment dans le cadre d’un tournoi ou plusieurs centaines ou milliers de personnes participent. Côté professionnel, en revanche, ce type de main (AA – KK pré-flop en head-to-head ou même en tournoi, dépendamment du nombre de personnes autour de la table) donne lieu à des all-in pré-flop ou au flop.

Utiliser le value bet avec une main moyenne

Vous pouvez aussi utiliser le value bet avec une main moyenne ! Une main moyenne, c’est une main qui peut combiner une carte forte, comme un As, avec une carte plus faible (7, 8, 9 ou 10 par exemple). Ce sont de bonnes mains, qui ne peuvent toutefois pas être considérées comme étant excellentes, car la carte faible les expose automatiquement.

Prenons ici, l’exemple d’un A – 10 pré-flop.

Cette carte vous donne entre 15 et 62% de chance de remporter le jeu en cours, selon le nombre de personnes autour de la table (entre 2 et 6, au total). C’est intéressant, mais pas suffisant pour garantir quoique ce soit, avant que la partie ne soit “officiellement lancée”.

Prenons ici, l’exemple d’une distribution J – 7.

En suivant les blindes pré-flop, vous disposez d’une main qui, somme toute, reste assez solide. Si sortent J – 10 – 2 au flop, vous vous retrouvez dans une très bonne position, quand bien même une paire de J ou de 10 soit possiblement dans la main de votre ou de vos adversaires. (Cela reste peu probable, des relances auraient probablement eu lieu pré-flop. Mais c’est une probabilité qui existe).

Contentez-vous de suivre ou de miser à 50% du pot, par exemple. Dans le cas d’un tirage J au turn, vous vous retrouvez avec un brelan. Un adversaire ayant un 10 entre les mains pourrait ainsi penser qu’une double paire lui suffira pour gagner. Vous pouvez peu à peu augmenter la valeur de votre mise. Si une carte lambda sort à la rivière, comme un 5, vous pouvez pousser vos adversaires en pariant la valeur du pot, par exemple.

Sur une main similaire, un joueur professionnel aura très certainement une approche différente de la vôtre. On peut imaginer des mises très dynamiques en pré-flop ou au flop pour un tapis dès le turn, ce qui poussera les adversaires à immédiatement se coucher ou à suivre (dans le cas d’un JJ face à un 10-2 par exemple, même s’il apparaît peu probable qu’un 10-2 soit joué par un joueur expérimenté).

Utiliser le value bet avec une main faible

Vous pouvez enfin utiliser le value bet avec une main faible ! Une main faible est une main qui se joue avec de petites cartes, comme un 5-3 ou un 6-3. Cela peut aussi être de petites paires, comme un 2-2 ou un 4-4. Si la paire initiale donne de l’espoir, il n’est absolument pas à exclure (bien au contraire même) que vos adversaires aient des cartes plus, voire beaucoup plus fortes que les vôtres.

Sur une partie, si vous décidez d’y aller avec une distribution 5-3, vous pouvez espérer remporter la victoire avec un brelan, un full ou encore une suite, voire une couleur si vous tirez un 5-3 de cœur, par exemple. Pré-flop, contentez-vous de suivre les mises, sauf si des relances ont lieu. Au flop, si les cartes attendues sortent (imaginons un tirage 2-4-K), vous êtes en position pour la suite. Le roi vous exposant (vous n’avez rien, rappelons-le) contentez-vous de suivre simplement les mises, sauf si elles représentent 75 ou 100% du pot.

Si au turn un 6 (de trèfle) sort, vous avez la meilleure main du jeu : une suite. Après avoir suivi, vous pouvez miser, à hauteur de 50% du pot, grand maximum, afin de pousser vos adversaires à vous suivre, eux aussi, (surtout s’ils ont un K ou un K-3 entre les mains) voire à vous relancer. À la rivière sort un 10 ou un J. Vous pouvez remiser une dernière fois, à hauteur de 75% du pot, pour espérer être suivi.

Cela se passe dans un monde idéal. Car en réalité, un joueur professionnel ne jouera quasiment jamais ce type de main, sauf forte ou très forte intuition. Sur ce type de distribution, les professionnels vont préférer se coucher, checker tout au plus s’ils sont BB et qu’ils ont la possibilité de voir le pot. Statistiquement, ces mains au poker n’ont que très peu d’intérêt, notamment lors des tournois importants à gros buy-ins, ou d’importantes sommes peuvent être gagnées.

Quand ne pas utiliser le value bet au poker ?

Le value bet est une stratégie de jeu au poker, qui doit être utilisée de manière réfléchie : vous ne pouvez pas l’utiliser tout le temps. En effet, quand bien même vous pensez avoir une bonne ou une très bonne main, le poker reste une science inexacte, pleine d’incertitudes. Les mauvaises surprises peuvent arriver !

En outre, il faut savoir lire ses adversaires, lire la table. Le value bet ne s’avérera pas être très payant face à des adversaires tight, qui ne paient pas ou très peu. S’ils ont tendance à se coucher assez facilement, privilégiez le check pour éventuellement miser plus tard.

Le value bet ne doit pas non plus être utilisé lorsque vous vous trouvez en position “de faiblesse”. On ne parle pas ici du manque de jetons, mais plutôt de votre position sur la table. Si c’est à vous de parler en premier (notamment dans les grandes tables 6 à 9 personnes), il est possible de vous faire contrer. Pourquoi ne pas check et voir comment chacun joue, pour ensuite suivre, parier, voire relancer ?

Même observation si le tableau de carte est dangereux. Certes, votre main est bonne (pour ne pas dire très bonne), mais si vous avez une paire d’AS qui fait face à un tirage 4-5-6, de la même couleur (pique dans notre exemple), alors vous êtes particulièrement exposé. Plutôt que de tenter quoique ce soit, analysez et jouez en fonction de. Enfin, ne faites pas de value bet lorsque vous bluffez. Vous prenez le risque de tout perdre si quelqu’un vous suit.

Notre conclusion sur l’utilité du value bet

Stratégie éprouvée et reconnue, le value permet de valoriser ses mains fortes, en poussant ses adversaires à suivre ou relancer des mises “faibles”. Mais pour maximiser son efficacité et ses chances de réussite, il faut garder en tête que plusieurs facteurs doivent être pris en compte :

  • le tableau,
  • les statistiques concernant votre chance de victoire,
  • votre position sur la table,
  • le profil des adversaires,
  • la taille du pot.

Ne miser QUE sur le value bet au poker serait toutefois une erreur. Pour être sûr de pouvoir remporter le plus de mains possible, d’autres concepts doivent être maîtrisés, comme le bluff ou encore le continuation bet.

Peut-on utiliser le value bet au poker en ligne ?

Le Value Bet est-il une bonne technique pour gagner au poker en ligne ?

Comment faire un value bet ?

Quelle est la différence entre value bet et continuation bet ?

Le value bet garantit-il la victoire ?

References

  1. https://www.ffpoker.org/
  2. https://www.laliguedepoker.org/
Florian GUENET
Journaliste sur les Cryptomonnaies
Florian GUENET
Journaliste sur les Cryptomonnaies

Florian Guenet est un spécialiste du contenu et rédacteur chevronné, dont l'expertise est un atout précieux pour les lecteurs de Techopedia.com, en particulier sur les sujets liés à la crypto-monnaie. Depuis septembre 2016, il travaille en tant que rédacteur de contenu indépendant, une carrière qui l'a mené à collaborer avec des entreprises en France et aux États-Unis, tout en travaillant à distance. Florian excelle également dans la création de contenus de grande envergure comme des livres blancs et des e-books. Sa spécialisation couvre des domaines variés, dont les technologies SaaS et B2B, les nouvelles technologies, le Web 3.0 (y compris…