Magnus Carlsen : Comment l’intuition et l’IA façonnent le meilleur joueur d’échecs du monde

Points-Clés

Magnus Carlsen, le joueur d'échecs le mieux classé, utilise des outils d'IA, spécifiquement des moteurs d'échecs comme Leela et Stockfish, pour l'entraînement. Cependant, son intuition humaine et son imprévisibilité restent cruciales dans le jeu. Son entraîneur, Peter Heine Nielsen, souligne que bien que les perspectives de l'IA soient utilisées, ce sont souvent les "concepts d'avantage" humains qui décident des parties.

Le monde des échecs est une arène fascinante où l’intelligence artificielle (IA) et l’intellect humain se sont affrontés pendant des décennies. En tant qu’humain le mieux classé de tous les temps, Magnus Carlsen est le meilleur joueur d’échecs du monde. Avec son plus haut classement Elo (une mesure de la compétence aux échecs) de 2 882, il se place au sommet de ce jeu complexe.

J’ai récemment eu le privilège de parler avec son entraîneur, Peter Heine Nielsen, qui a partagé des insights inestimables sur la dynamique évolutive entre l’IA et l’intuition humaine dans le domaine des échecs.

Depuis leur introduction au milieu des années 1980, les moteurs d’échecs ont vu leurs capacités augmenter rapidement. Leur classement Elo est passé d’environ 2 000 au milieu des années 80 (un niveau de compétence quelque part entre un joueur humain intermédiaire et expert) à 3 610 en 2023. Ce classement Elo est bien au-delà de la portée de tout joueur humain, y compris Carlsen.

Nielsen, en tant qu’entraîneur du meilleur joueur d’échecs du monde, est témoin de cette transformation. Il dit :

« Les jours où les humains, même Magnus, pouvaient rivaliser avec un ordinateur sont bien révolus. »

Mais cela ne signifie pas que les humains ont été entièrement mis échec et mat.


Meilleur joueur d’échecs du monde : Naviguer entre IA et Intuition

« Les ordinateurs sont des outils que nous avons tous à disposition. Nous ne rivalisons pas avec eux », dit Nielsen. Ainsi, l’IA est utilisée pour aider à entraîner les joueurs et à analyser le jeu.

Cependant, Nielsen révèle un twist intéressant : la valeur durable de l’intuition humaine et de l’imprévisibilité. Ces traits sont clés dans un jeu de plus en plus dominé par la précision des machines.

« Les échecs sont un jeu entre deux humains, un jeu d’erreurs sous pression. Magnus peut sentir qu’un coup lui donne les meilleures chances, met son adversaire sous une pression gênante, même si l’ordinateur pourrait l’écarter. »

En fin de compte, les meilleurs joueurs d’échecs du monde, comme Carlsen, recherchent des « concepts d’avantage » – des coups qui pourraient être modérément écartés par un moteur d’échecs mais mettent un adversaire imprévu sous pression.

« L’ordinateur, calculant des milliards de coups et n’étant pas affecté par les nerfs, pourrait trouver la bonne séquence de contre-attaques, tandis qu’un adversaire humain pourrait ne pas le faire. »

Ainsi, l’objectif n’est pas de surpasser la machine ; c’est d’embrasser l’imprévisibilité humaine.

« Les échecs modernes, c’est ça : Si nous suivons tous ce que l’ordinateur nous dit dans l’analyse, nous avons tous les deux la même source, les mêmes idées, et le jeu sera nul. Donc, nous essayons de chercher des concepts à la limite… C’est ça, les échecs. C’est le sport. »

Les insights de Nielsen soulignent la danse complexe de l’homme et de la machine aux plus hauts niveaux des échecs. L’augmentation de la force des échecs informatiques a grandi, soulignée par l’augmentation dramatique des classements Elo.

Et pourtant, les échecs restent finalement un sport humain – c’est pourquoi l’intuition, l’imprévisibilité et le potentiel d’erreur comptent toujours.


Explorer les outils du meilleur joueur d’échecs du monde

Ce facteur humain ne consiste pas à ignorer les insights de l’IA. En fait, une partie cruciale du rôle de Nielsen en tant qu’entraîneur d’échecs implique une analyse informatique approfondie.

« Fondamentalement, tout ce que je fais est une analyse informatique. Je confronte différents programmes informatiques entre eux, regarde où leurs opinions diffèrent et essaie d’apprendre. »

Cette approche, en particulier pour les stratégies d’ouverture, est un aspect essentiel de son travail de coaching.

Avant chaque match, Nielsen fournit à Carlsen un ensemble de concepts générés par l’IA. Carlsen évalue ensuite ces stratégies et choisit celles qu’il utilisera dans sa préparation.

Leela (Lc0) et Stockfish sont les deux principaux outils utilisés par Nielsen.

Leela

Leela (Lc0 0.29.0) se distingue comme le moteur d’échecs le plus performant selon la liste du SSDF de mai 2023, avec plusieurs accomplissements notables :

  • Actuellement en tête des moteurs d’échecs selon le SSDF.
  • Premier programme d’échecs à dépasser la barrière des 3 600 Elo.

Le système de notation suédois est basé sur des conditions de niveau de tournoi, comprenant 40 coups en 2 heures, suivis de 20 coups chaque heure suivante.

Le classement exceptionnel de Leela, à 3 610, est accompagné d’une marge d’erreur de -41 à 45, suggérant que sa notation réelle pourrait se situer entre 3 569 (3 610 – 41) et 3 655 (3 610 + 45). Bien que cette réalisation massive soit impressionnante, le besoin de plus de parties pour réduire les marges d’erreur est évident.

La performance notable du logiciel a été réalisée contre des adversaires ayant une note Elo moyenne de 3 466, ce qui a conduit à un ratio de victoires significatif de 68%. Son statut en tant que moteur le mieux noté sur la liste SSDF illustre les capacités substantielles de Leela et son influence dans le monde des échecs.

L’anticipation grandit pour voir comment le moteur d’échecs se comportera à mesure qu’il continue à jouer contre les programmes de haut niveau, un facteur crucial dans sa contribution à la performance du meilleur joueur d’échecs du monde.

Stockfish

Stockfish, un logiciel puissant et disponible gratuitement, est un autre élément essentiel de la préparation du meilleur joueur d’échecs du monde.

Selon la liste de notation publiée par le SSDF, en mai 2023, Stockfish (Stockfish 15 x64 1800X 3.6 GHz) se classait quatrième parmi tous les moteurs d’échecs testés. Cependant, en juin 2023, Stockfish 16 a été publié et n’a pas encore été classé.

Stockfish 15 a joué un total de 367 parties, obtenant un ratio de victoires de 66%. Sa note moyenne de l’adversaire s’élève à un Elo de 3 456. Le programme a une note Elo moyenne de 3 570, avec une marge d’erreur de -36 à 39. Cela suggère que sa note réelle pourrait se situer entre 3 534 (3 570 – 36) et 3 609 (3 570 + 39).

Cependant, cette notation Elo est impressionnante et le place dans les quatre premiers mondiaux, démontrant ses capacités solides dans le domaine des échecs.


En conclusion

Dans le monde complexe des échecs, le mélange de l’intuition humaine et de la précision de l’IA forme une dynamique captivante. Le meilleur joueur d’échecs du monde, Magnus Carlsen, incarne cette dynamique en comptant sur les idées des moteurs d’échecs tels que Leela et Stockfish.

Cependant, l’intuition humaine et l’imprévisibilité de Carlsen continuent de jouer un rôle crucial. Ce mélange de génie humain et de précision machine est la marque de fabrique des échecs modernes. Carlsen embrasse les idées offertes par l’IA tout en explorant des “concepts de pointe” proprement humains.

Alors que les moteurs d’échecs continuent d’obtenir des notations sans précédent, le jeu demeure le reflet du potentiel remarquable de l’esprit humain.


Maria Webb

Spécialiste du contenu avec plus de 5 ans d'expérience en journalisme, Maria Webb est actuellement journaliste technologique pour Business2Community et Techopedia, spécialisée dans les des articles. Elle s'intéresse particulièrement à l'IA et au posthumanisme. Le parcours journalistique de Maria comprend 2 ans en tant que journaliste statisticien à Eurostat, où elle a élaboré des données convaincantes. articles d'actualité centrés sur et 3 ans chez Newsbook.com.mt couvrant l'actualité locale et internationale.